Blog

Interview : Etre femme ingénieure

A l’occasion de la Journée Internationale de la Femme, MCA s’interroge sur le métier d’ingénieur au féminin.

Entre 1973 et 2015, la proportion de femmes ingénieures est passées de 6% à 28%*. Si les femmes sont fortement plébiscitées sur ces métiers, force est de constater que moins de 22% des postes sont occupés par des femmes*. Une femme de moins de 30 ans a aujourd’hui 13 fois plus de chances d’être ingénieur en 2014 que dans les années 80. Pourtant, les stéréotypes subsistent et pour nombre d’entre nous, ces métiers conservent une connotation masculine.

Pour combattre ces préjugés nous avons interviewé deux consultantes ingénieures MCA.


CYNTHIA, 26 ans, consultante MCA.

Peux-tu te présenter en quelques mots?

Après mon baccalauréat, j’ai décidé d’intégrer une formation d'ingénieur à l'INSA de Lyon. Au cours de cette formation, j'ai réalisé plusieurs stages en maintenance, ce qui a confirmé mon choix de carrière pour les métiers de la mécanique et maintenance.

Je suis consultante MCA depuis plus d’un an. MCA est une entreprise qui correspond à mes attentes notamment en termes de relations humaines et pour la diversité des projets proposés.

Peux-tu nous présenter ton projet actuel ?

Je travaille actuellement sur l'amélioration des outils de travail de mon client ainsi que du suivi de tendance, de manière qualitative et quantitative. Cela permet aux managers de lancer des actions correctives au sein de leurs équipes.

Beaucoup de personnes pensent que les métiers de l’ingénierie sont des métiers d’homme. En tant que femme ingénieure que réponds-tu à cela ?

C'est un stéréotype qui est largement répandu. Cependant, l'ingénierie n'est pas un métier qui nécessite la force mais plutôt l'adaptabilité et la capacité de l'ingénieur à faire face aux challenges qui lui sont lancés. Il faut trouver des solutions et non les imposer.

Est-ce difficile pour toi de travailler dans ce monde masculin ?

J'ai toujours évolué dans un environnement plutôt masculin et je n'ai jamais rencontré de difficultés par rapport à cela. Nous devons montrer qu'être une femme n'est pas une barrière et prouver que nous pouvons être tout aussi performantes. Beaucoup de stéréotypes subsistent.

Que t’inspire La journée internationale de la Femme ?

La journée de la Femme permet de montrer les avancements réalisés (droit de vote, parité ...), de connaître les métiers traditionnellement réservés aux hommes et qui sont aussi occupés par des femmes. Cette journée nous rappelle que les inégalités existent toujours et que cela ne devraient pas. Que le sexe d'une personne ne détermine pas ces compétences. Les mentalités doivent encore évoluer.


AURORE, 30 ans, consultante MCA

Peux-tu te présenter en quelques mots?

J’ai une formation en logistique, transport et management de projet.

Je suis entrée dans le monde du travail par le biais de l’alternance. C’est ainsi que j’ai découvert les environnements du ferroviaire et des entrepôts. Ensuite, j’ai tenu un poste de Chef de projet Logistique, Méthodes et Process avant de devenir consultante. C’est à cette occasion que j’ai découvert le monde de la fabrication en usine (tracteurs et voitures).

Je suis arrivée chez MCA Ingénierie en novembre 2014 en tant que consultante.

Peux-tu nous parler de ton projet actuel ?

Je fais de la préparation et du suivi pour toutes sortes de chantiers en usine.

Beaucoup de personnes pensent que les métiers de l’ingénierie sont des métiers d’homme. En tant que femme ingénieure que réponds-tu à cela ?

J’ai choisi de suivre une formation très masculine, c’est vrai. J’ai ensuite travaillé dans des domaines et des environnements majoritairement masculins, c’est vrai aussi. Mais je m’y sentais bien, à ma place, j’étais intéressée par les sujets et j’ai toujours réussi, alors pourquoi il n’en serait pas de même pour d’autres femmes ?

Si cela m’a convenu, c’est peut-être parce que j’ai toujours eu un côté « garçon manqué » comme on dit, mais pas que, j’en suis certaine, car pour autant, je ne me suis jamais oubliée en tant que femme dans ce « monde d’hommes ».

Vous avez vous aussi dû remarquer que l’on rencontre de plus en plus de femmes dans ces domaines dits « d’hommes ». Ce n’est certainement pas par hasard. Nous pensons différemment et je pense donc que nous sommes complémentaires entre ingénieurs hommes et femmes.

En fin de compte, je répondrais à ces personnes que oui ces métiers étaient traditionnellement tenus par des hommes, mais c’est uniquement parce que l’on n’avait jusque-là pas beaucoup donné l’accès aux femmes. Je ne pense donc pas que les capacités d’un individu soient liées au sexe de ce dernier mais plutôt à sa curiosité d’esprit, son aptitude à résoudre des problèmes mais aussi sa personnalité.

Est-ce difficile pour toi de travailler dans ce monde masculin ?

Cela n’a jamais été un souci pour moi car j’ai toujours gardé à l’esprit que j’étais une femme au milieu d’hommes et que cela a toujours plus ou moins une incidence sur les comportements et donc mes relations de travail avec mes collègues masculins. Bien sûr, certains ne font pas de différence, mais ce n’est pas toujours le cas, surtout lorsque vous travaillez sur le terrain que ce soit dans des entrepôts ou des usines. Certains ont des réflexions ou des comportements inadaptés. D’après moi, il faut tout simplement savoir y réagir intelligemment puis passer outre. Lorsque la situation est ingérable, il ne faut pas hésiter à en faire part à ses responsables. On finit toujours par trouver des solutions adaptées. Au final, il ne faut surtout pas se laisser faire, le gérer et ne pas avoir peur d’en parler autour de soi.

Quelle est ton opinion sur la place actuelle de la femme en entreprise ? Penses-tu que les stéréotypes subsistent ?

D’après moi, comme je l’ai dit précédemment, hommes et femmes se complètent donc chacun a sa place et son utilité en entreprise.

En revanche, oui les stéréotypes subsistent mais les gens et les mœurs évoluent. Nous ne sommes pas toujours considérées d’égal à égal face à un homme mais cette différence tend à disparaître grâce aux efforts conjugués des politiques, des groupes féministes, des politiques RH et tous les autres groupes ou personnes adhérents au concept d’égalité entre les sexes qui aident à faire évoluer les mentalités. Mais c’est aussi en premier lieu grâce à ces femmes qui, tout comme moi au quotidien, réussissent et démontrent donc chaque jour qu’elles ont leur place partout où elles le souhaitent et où leurs capacités peuvent les conduire qu’on arrive à voir les mentalités évoluer.

Donc, oui, les femmes sont aussi capables que les hommes et, oui, nous devrions être traitées de façon équitable.

Que t’inspire La journée de la femme ?

Cela me rappelle surtout que nous avons encore aujourd’hui besoin de dédier une journée aux femmes pour pouvoir être entendues et considérées comme n’importe quel autre homme. Cela est anormal. Nous devrions tous et toutes être considérés en tant qu’individu et non défini par notre appartenance à un sexe ou l’autre.

Pour moi, nous sommes tous des Hommes, donc « Hommes » dans le sens « êtres humains », et nous ne devrions pas être définis en fonction de notre appartenance à l’un des deux sexes. Nous sommes des individus dotés de différentes capacités et qualifications et nous devrions pouvoir les employer sans distinction dans les domaines qui nous intéressent et pour lesquels nous sommes doués.

*Source CNISF

Retour aux articles