Blog

[Interview] Amélie-Tiana, Team manager

"Je suis Ingénieure motoriste de formation, et du coup mon parcours est assez classique : 2 ans de prépa à Paris, puis 2 ans d’école d’ingénieur au Mines de Nancy, puis j’ai intégré l’IFP School (ENSPM) en alternance avec Delphi, à Blois. Quand j’ai été diplômée, j’ai été embauchée par Delphi au Luxembourg, où je suis restée 2 ans. Pendant ces années, j’étais dans une équipe de développement et validation, dans laquelle je faisais des essais au banc moteur.

Après ça, j’ai fait une pause de 2 ans ½ pour voyager. J’ai fait le tour du monde : 5 continents et 34 pays !

A mon retour, après une période d’adaptation nécessaire, j’ai rejoint MCA en tant que consultante, j’ai fait de la calibration SCR. Donc retour aux sources dans l’automobile ! J’y suis restée pendant 1 an ½, avant d’évoluer en tant que Team Manager chez MCA, poste que j’occupe aujourd’hui depuis 3 mois.

En ce qui concerne mes centres d’intérêt, outre évidemment les voyages, je pratique le piano depuis mes 6 ans.

2/ Pourquoi t’être orientée dans la combustion/la conception motoriste ?

Ce choix ne s’est pas imposé comme une évidence. J’ai fait prépa parce que je ne savais pas quoi faire mais que j’aimais et j'étais douée en maths et en physiques. Puis j’ai intégré l’école, et j’ai apprécié les cours de mécanique. A ce moment-là, je me disais que travailler dans les transports me plairait bien. Puis j’ai découvert le partenariat entre les Mines de Nancy et l’ENSPM, et j’ai postulé. Cette formation me permettait de combiner la mécanique avec les transports, ça collait bien ! J’ai obtenu un contrat d’alternance avec Delphi, puis ils m’ont fait une offre d’emploi.

C’est en fait une suite d’opportunités qui m’ont menées là où je suis aujourd’hui.

3/ Un tour du monde de 2 ans ½ entre deux expériences professionnelles ce n’est pas commun ! Ce voyage t’a sans doute permis de développer des compétences applicables au monde du travail ?

En effet, un voyage – en solo qui plus est – permet toujours d’apprendre des choses, que ce soit au niveau personnel mais aussi au niveau professionnel.

Première chose évidente : j’ai développé mes connaissances des langues, particulièrement l’anglais et l’espagnol.

Mais outre cela, j’ai pu développer beaucoup de compétences applicables au monde du travail : une grande capacité d’adaptation, une ouverture d’esprit, de la réactivité, qui sont autant de qualités humaines utiles. Il y a également d’autres compétences plus « pragmatiques » : gestion d’un budget, planification, organisation, autonomie.

Bref, c’est une expérience très riche qui mérite d’être mise en avant et généralisée.

4/ En rentrant de ce périple tu deviens Ingénieur Calibration chez MCA Ingénierie : pourquoi t’être tournée vers MCA ? Qu’est ce qui t’a convaincu de rejoindre cette organisation ?

Quand j’ai recommencé à chercher un emploi, il est vrai que je partais avec un certain handicap : j’avais quitté le monde du travail depuis 3 ans. Du coup, j’étais un peu déconnectée, j’avais besoin de me positionner.

J’ai passé plusieurs entretiens. Cela m’a permis de voir sur quels projets je pouvais être positionnée, mais aussi à quel salaire je pouvais prétendre (surtout qu’avant mon départ, je travaillais au Luxembourg, et les niveaux de salaire ne sont pas les mêmes qu’en France, donc je n’avais pas de point de repère…).

Quand j’ai passé mon entretien avec MCA, c’est l’un des seuls où j’ai senti que mes années de voyage étaient une grande richesse et non un trou dans mon CV. Les projets qui m’ont été proposés étaient intéressants, et c’est la seule entreprise qui m’a vraiment fait sentir qu’ils voulaient m’embaucher à tout prix.

Bref, MCA m’a fait me sentir importante et ça fait du bien 😊

5/ De consultante, tu as évolué sur le poste de Team Manager au Siège sur Paris : comment s’est déroulée cette évolution ? Et en quoi consiste ton poste actuel ?

Cette évolution a surtout été possible grâce à un timing parfait !

J’ai réalisé mon Entretien Annuel avec mon manager (Rémy), et je lui ai dit que je cherchais à évoluer vers une fonction plus managériale et moins technique, et que je voulais découvrir un autre secteur que l’automobile. Et il se trouve que les postes de Team Manager étaient juste un train de se créer. Du coup il m’en a parlé, et ça m’a intéressée. L’évolution ne s’est pas faite tout de suite ; je devais d’abord évidemment rencontrer les responsables MCA, mais aussi finir mon projet. 6 mois après, je devenais Team Manager.

Mon rôle est d’assurer le suivi et la proximité des consultants. Les Team Manager venons accompagner les ingénieurs d'affaires dans leurs fonctions managériales. Nous sommes là en back-up en cas d’absence ou d’indisponibilité. Nous nous assurons que les suivis sont bien faits auprès des consultants. Et nous avons un rôle de catalyseur lorsque des actions doivent être menées, c’est-à-dire qu’on fait en sorte que ce soit fait vite.

En parallèle, j’ai mon périmètre propre, c’est-à-dire que j’ai des consultants que je suis directement.

Bref, je peux dire qu’aujourd’hui j’adore mon boulot ! Depuis mon voyage je voulais m’orienter vers une activité plus en lien avec les gens, et ce poste y répond tout à fait.

6/ Quel est ton motto dans la vie ?

Profite de l’instant présent !

7/ Si tu devais définir MCA en 3 mots ?

Proximité, jeune, dynamique

8/ Tes conseils pour un consultant qui souhaiterait avoir la même évolution de carrière que toi ?

Je pense qu’il faut être patient et à l’écoute. L’évolution peut venir n’importe quand, et de n’importe où. Les relations avec les gens sont très importantes (avec le client, avec le(s) manager(s), avec le(s) collègue(s)). Et il ne faut pas hésiter à en parler quand on veut changer, pour que ça se sache. Ça ne tombera pas dans l’oreille d’un sourd !

9/ Ta prochaine « big step » professionnelle ?

Comme ça ne fait que 3 mois que je suis à ce poste, et que j’ai encore plein de choses à apprendre, je n’y ai pas encore songé.

Retour aux articles